Scholéphobie

« Scholéphobie », « phobie scolaire », « anxiété scolaire », « refus scolaire anxieux » : autant de dénominations derrières lesquelles se trouve la même manifestation : une peur intense de l’école, qui conduit l’enfant à éviter systématiquement de s’y confronter. Difficile d’imaginer que l’école, lieu de socialisation de l’enfant par excellence, mais aussi des apprentissages, puisse rendre certains de ses écoliers aussi malheureux. Et pourtant, vivre avec d’autres du même âge, apprendre, être curieux, être évalué, se mesurer aux autres, faire plaisir aux parents en réussissant ou s’opposer à eux insidieusement en ne faisant rien : les enjeux sont nombreux…

Sans chiffres officiels, difficile de savoir combien d’enfants et d’adolescents sont concernés. Les données qui circulent, lesquelles émanent d’études dont on ne sait la provenance, estimeraient entre 4 et 5 % la proportion d’élèves en âge de suivre une scolarité obligatoire (de 6 à 16 ans) victimes de troubles anxieux les empêchant, sans qu’ils sachent réellement pourquoi, de se rendre normalement en classe. Parmi eux, près d’1% souffriraient d’une forme plus sévère encore : la phobie scolaire.

Certains signes doivent interpeller. Les symptômes physiques d’abord : l’enfant est pris de véritables attaques de panique lorsqu’il part à l’école, de crises d’angoisse, ou encore de violentes douleurs (à la tête, au ventre…). Et puis dans ses paroles : il crie, supplie qu’on le laisse rester à la maison, menace de fuguer, voire de se suicider. Enfin, il trouve toujours ailleurs des explications à sa crainte d’aller en classe (« les profs ne m’aiment pas », « les autres élèves m’embêtent »…). Dans la plupart des cas, les symptômes disparaissent les jours sans école, comme les week-ends, et surtout, pendant les vacances scolaires.

Il existe deux profils chez les enfants souffrant de phobies scolaires.

D’abord ceux chez qui les troubles anxieux (souvent, l’enfant en cumule plusieurs) sont au premier plan. Il s’agit notamment d’enfants touchés par l’anxiété de séparation et pour qui le fait de s’éloigner du domicile familial et/ou de leur mère semble impossible, ceux qui souffrent de phobie sociale et sont pris d’attaques de panique dès qu’ils sortent dans la rue, ceux qui ne supportent pas le regard des autres posés sur eux, ou le fait d’être interrogés par leur instituteur… Autant de manifestations d’anxiété souvent aggravées et déclenchées par un stress post-traumatique : l’enfant a subi ou assisté à une humiliation devant ses camarades, il a été agressé sur le chemin de l’école, fait l’objet de menaces…

Le deuxième profil concerne ceux chez qui l’anxiété n’arrive qu’au second plan. Ils sont dépressifs, souffrent d’un profond désintérêt pour leur scolarité, laquelle ne leur apporte souvent aucune gratification, soit parce qu’ils ont de mauvais résultats, soit parce qu’ils s’y sentent incompris (c’est notamment le cas des enfants dyslexiques ou encore hyperactifs). Il arrive alors fréquemment que leur attention se fixe ailleurs, dans un domaine où ils se sentent plus valorisés, comme les jeux vidéos de plus en plus souvent, ou le sport.

Pour les parents, il n’est pas évident de comprendre la souffrance de l’enfant. D’autant qu’il n’est pas toujours facile de savoir comment réagir face à un comportement dont la logique leur échappe. Toute phobie paraît absurde à celui qui ne l’éprouve pas et rien n’est plus déroutant que de se retrouver face à son enfant quand il exprime une peur panique et semble sourd à tout appel à la raison. Difficile aussi parfois de bien faire la différence entre le refus scolaire, source de détresse chez l’enfant, et l’école buissonnière, plus comparable à un caprice ou à une attitude de rébellion à l’égard de l’autorité parentale.

D’autant que parfois, ce sont les parents qui, les premiers, sont accusés d’être responsables de l’absentéisme de leur enfant. Une part de responsabilité parfois bien réelle, notamment chez les parents qui surinvestissent la réussite scolaire, qui sont constamment dans le souci de la performance, mais aussi chez ceux qui, tout au contraire, dévalorisent l’école et ses apprentissages.

 

Soigner la Scholéphobie (Peur scolaire et de l’école)
Scholéphobie (Peur scolaire et de l’école) séance de TRV avec un psychologue
Scholéphobie (Peur scolaire et de l’école) thérapie par la réalité virtuelle

Soigner et traiter la Scholéphobie (Peur scolaire et de l’école)

La peur scolaire et de l’école peut être une phobie invalidante dans votre vie quotidienne. À travers notre thérapie, nous allons aider à vos enfants et adolescents à surmonter leur peur de l’école et vaincre la Scholéphobie !

Scholéphobie : séance de Thérapie par Réalité Virtuelle avec un psychologue à Bordeaux

Nicolas ORVEAU, psychologue spécialiste du traitement de la Scholéphobie vous propose des séances de Thérapie par Réalité Virtuelle (TRV).

 

GRÂCE À LA TRV, NOUS ALLONS VOUS AIDER À VAINCRE VOTRE Peur scolaire et de l’école !

<< Ornitophobie

(peur de conduire)

Acrophobie >>

(Peur de voyager en avion)